Quel matériel utiliser pour la macrophotographie ?

Quel matériel utiliser pour la macrophotographie ?

Très souvent, que ce soit lors de mes expos ou sur les réseaux sociaux, on me demande quel matériel j’utilise pour réaliser mes photos d’insectes. Voici donc ici un petit listing de mon matériel (à titre indicatif) avec les explications sur mon choix vers ce matériel pour vous aider à choisir le vôtre.

Dans quel boitier investir ?

Ce n’est pas forcément l’élément principal à prendre en compte pour se mettre à la pratique de la macrophotographie puisque, à mon sens, c’est l’optique qui est la plus importante pour la prise de vue en macrophotographie. Il n’est donc pas forcément nécessaire de dépenser des milliers d’euros dans un boitier. Par contre certaines caractéristiques peuvent être intéressantes pour la prise de vue à fort grossissement en milieu naturel. Par exemple, disposer d’un écran orientable sera d’une grande aide pour pouvoir placer le boitier dans toutes les directions possibles sans se provoquer un torticolis. Les boitiers hybrides disposent également, en tout cas les dernier hybrides canon plein format, d’outils de mise au point bien utiles pour la macrophotographie : toutes les zones nettes apparaissent en surbrillance sur l’écran et dans le viseur. Un boitier tropicalisé (étanchéité renforcée à l’aide de multiples joints) permet également  de limiter l’entrée de poussières et d’humidité lors de vos séances en extérieur. Surtout pour la macrophotographie vous serez très certainement amené à vous rouler par terre…

 Aujourd’hui j’utilise deux boitiers : le Canon EOS R6 et  Canon EOS 6D mark II.

Vue avant des des Canon EOS R6 et Canon EOS 6D mark II

Vue arrière des Canon EOS R6 et Canon EOS 6D mark II.

Ces deux boîtier disposent tous les deux de ce fameux écran orientable. Ils sont tous les deux tropicalisés et sont équipés de capteurs plein format qui permettent de monter plus haut en sensibilité, et surtout de générer des flous plus doux, avec des transitions plus fines. Le Canon EOS R6 dispose des outils d’aide à la mise au point expliqué plus haut. De plus, gros avantage pour la macrophotographie, ce boîtier est également stabilisé. L’effet de cette stabilisation s’ajoute à celle qui peut être également présente dans l’objectif. Le taux de déchets est donc considérablement réduit.

Différents objectifs
pour différentes
pratiques de la macrophotographie

Le classique :

Classiquement en macrophotographie, nous utilisons des objectifs qui permettent d’avoir un rapport de grossissement allant jusqu’à x1 (la taille de l’image formée sur le capteur est égale à la taille réelle du sujet). Il existe de multiples objectifs à focale fixe permettant d’atteindre ce rapport de grossissement. Pour la photo de fleurs, un objectif avec une focale de 60 mm est suffisant. Par contre cette focale risque d’être trop courte pour réussir à approcher les insectes farouches. Pour ces derniers, une focale de 100 ou 150mm sera plus adaptée. Après avoir vérifié la qualité optique via les nombreux sites de tests, une option peut particulièrement être intéressante pour guider votre choix : la stabilisation. La stabilisation permet de compenser les tremblements que vous générez lors de la prise de vue, ce qui diminuera considérablement le nombre de déchets lors de vos séances.

Pour ma part je me suis dans un premier temps orienté vers le Canon EF 100mm f/2.8 macro USM, puis le Canon EF 100mm f/2.8 macro L IS USM et aujourd’hui j’utilise le Canon RF 100mm f/2.8 macro L IS USM.

Canon RF 100mm macro f/2.8 L IS USM

Le Canon RF 100mm macro f/2.8 L IS USM est un objectif macro permettant un grossissement de x1,4 maximum. Il est stabilisé et dispose également d’une bague originale. Cette bague permet de jouer sur le rendu de la transition des flous. Elle permet, selon si vous dirigez la bague vers les valeurs négatives ou positives,  d’adoucir ces transitions ou au contraire de les rendre plus visibles. En la positionnant sur les valeurs positives elle permet de former le fameux bubble bokeh très recherché en macro par les amateurs de vieilles optiques, comme le 100mm trioplan.  Cependant, dès que vous décalez cette bague de la position neutre, vous impactez le piquet de l’image.
Une solution est de réaliser une double exposition :

Soda
Une image de diablotin réalisée en exposition multiple avec le Canon RF 100mm macro f/2.8 L IS USM. Sur une première image j’ai tout d’abord pris la silhouette du diablotin avec la bague de transition des flous, en position neutre. Ensuite j’ai rajouté à l’image les halos lumineux en positionnant la bague sur le maximum du +. Ainsi, le piquet sur la silhouette est maintenu tout en profitant du bubble bokeh.

Pour la proxi-photographie des gros insectes
très farouches :

Pour les gros papillons et libellules très farouches et très difficiles à photographier avec le classique 100mm macro, j’utilise le Canon 300mm f/4 L IS USM.

Canon 300mm f/4 L IS USM

Cette objectif à une distance minimale de mise au point de 1,5m et permet un rapport de grossissement de 0,24x permettant de réaliser des proxiphotographies de gros insectes ou de fleurs. Autre avantage, vous pouvez également utiliser cet objectif pour la photo de plus gros animaux à condition qu’ils se laissent suffisamment approcher ou dans le cas contraire le coupler avec un multiplicateur de focale.

De la macro au-delà du rapport
de grossissement 1x :

Pour les très gros grossissements j’utilise le CANON 65mm MP-E f/2.8 Macro.

CANON 65mm MP-E f/2.8 Macro

C’est un objectif un peu particulier, jusqu’à très récemment c’était le seul objectif permettant d’aller au-delà du x1 sans ajout d’accessoire. Celui-ci permet d’explorer des grossissements allant de x1 à x5. Cependant vous pourrez uniquement faire de la macro ou hyper-macro, rien d’autre. De plus l’utilisation de flashs est quasiment obligatoire pour cet objectif très gourmand en lumière. Aujourd’hui plusieurs objectifs de la marque Laowa permettent également d’aller au rapport de grossissement de 1x. Si la photographie à fort grossissement vous intéresse, je vous invite à consulter mon article décrivant ma méthode de prise de vues «Réaliser un gros plan».

De la macro au grand angle :

Je dispose d’un autre objectif intéressant pour des prises de vue originales : le LAOWA 15mm f/4 Wide Angle Macro.

LAOWA 15mm f/4 Wide Angle Macro
LAOWA 15mm f/4 Wide Angle Macro

Cet objectif permet d’atteindre le fameux rapport de grossissement de 1x. Mais avec l’angle de vue d’un objectif grand angle, il permet alors de réaliser des prises de vue permettant de replacer les insectes et fleurs dans leur environnement (voir ma photo « Immersion » dans la galerie « Empus’art », ou « Dans l’intimité de Rosalie » dans la galerie « Macrophotographie »).

Les quelques accessoires « indispensables » :

Le trépied :

Honnêtement je n’utilise que très rarement mon trépied pour y fixer mon appareil photo. Son utilisation est pour moi trop contraignante pour pouvoir se déplacer, bouger autour du sujet et ainsi composer au mieux. Pour ma part, je l’utilise surtout comme support de flashs. Un trépied léger, et permettant de se rapprocher suffisamment du sol, sera un atout pour la pratique de la macrophotographie. Aujourd’hui j’utilise le trépied Cullmann 52433 Nanomax 430T couplé à la rotule-poignée Joystick MANFROTTO 327RC2.

 

Trépied Cullmann 52433 Nanomax 430T + à la rotule-poignée Joystick MANFROTTO 327RC2
Trépied Cullmann 52433 Nanomax 430T + rotule-poignée Joystick MANFROTTO 327RC2

Les flashs :

Le flash est un élément incontournable de la panoplie du macrophotographe, que ce soit pour combler le manque de lumière associée à la gourmandise des objectifs macros, pour modeler au mieux la lumière sur le sujet, pour faire ressortir le fond, ou même pour créer un contre-jour artificiel. Bien qu’ayant pour principe de limiter son utilisation sur le terrain pour profiter plutôt de la lumière naturelle, il m’a permis de me sauver de situations compliquées en luminosité. Aujourd’hui comme flashs à tout faire j’utilise les Canon Speedlite 430EX II et III-RT associés la plupart du temps à des transmetteurs sans fil et à des diffuseurs ou réflecteurs.

Canon Speedlite 430EX II et Canon Speedlite 430EX III-RT

                Pour les très gros plans, j’utilise le CANON 65mm MP-E f/2.8 Macro couplé au flash Canon MT-24EX.

Canon MT-24EX
Canon MT-24EX

Celui-ci est constitué d’un module de contrôle qui se fixe sur la griffe du flash du boitier et de deux petits flashs se fixant sur l’avant de l’objectif à l’aide d’une bague. Les deux flashs sont réglables indépendamment. Je m’en sers également de temps en temps de flash maître pour déclencher le speedlite 430EX II en déporté. Par contre, les deux petits flashs sont reliés au module de contrôle par des câbles, il n’est pas possible d’utiliser un système sans fils… c’est bien dommage…

 

De quoi maintenir les tiges et ou le réflecteur :

Un accessoire que j’utilise très régulièrement : la pince Wimberley Plamp II porte réflecteur PP200.

Wimberley Plamp II porte réflecteur PP200
Wimberley Plamp II porte réflecteur PP200

Cet outil dispose d’une pince, à une extrémité, permettant de la maintenir très fortement à un support (trépied, branche,…) et de l’autre d’une pince fine qui permet de maintenir des tiges ou un réflecteur balloté par le vent.

Et de nombreux autres accessoires … :

 Il existe une multitude de petits accessoires fort utiles à la pratique de la macrophotographie. N’en ayant testé que quelques-uns je ne pourrai pas fournir une liste exhaustive, mais en fouillant sur le net vous devriez rapidement trouver votre bonheur face un problème.

Quelques accessoires

Quelques accessoires : réflecteurs, diffuseur, multiplicateur de focale, déclencheur sans fil, … et ANTI-MOUSTIQUE !

Next Le High Key

5 Commentaires

  1. Merci pour cet article très complet sur lequel je je suis arrivée via votre spectaculaire photo intitulée Soda. Un bokeh digne du fameux trioplan ! Magnifique ! Très intriguée par cette histoire de bague qui permet de l’obtenir ! Première fois que je lis celà. Est-elle spécifique au 100 RF ? Perso j’ai le 85 RF f/2, qui est aussi muni d’une bague programmable dont je n’ai pas encore vraiment étudié les possibilités. Savez-vous si elle est comparable à celle du 100 RF ? Ça m’intéresserait diablement de le savoir, j’adore ce genre d’effet que je trouve très ludique ! En tout cas bravo à vous et merci pour cet article !

    • Merci beaucoup Monique.
      A ma connaissance, cette bague est spécifique au 100mm RF et est différente de la bague programmable disponible sur tous les objectifs Canon en monture RF. Le 100mm RF dispose à la fois de la bague programmable et de cette bague jouant sur les floues. Je vous invite à faire un tour sur le site de Canon ou sur les différents tests de cet objectif disponibles sur le net.

Laissez un commentaire

Les photos et publications sont protégées par son propriétaire.